Recherche



Histoire d'Hostun

Fermer 150 ans de Photos

Fermer Visiteurs

Fermer APPH

Fermer Boucle du Patrimoine

Fermer La Trouvaille d'Hostun

Fermer Le Prieuré

Fermer Mairie

Fermer Mort pour la France

Fermer Saint-Maurice

Les Hostun

Fermer Les Premiers Hostun

Fermer Armes et Généalogies

Fermer Camille d'Hostun

Fermer Louis Charles

Téléchargements
Liens
Camille d'Hostun - Compositeur pour Luth

Chargement du fichier .pdf

Camille d’Hostun / Comte de Tallard

Suites pour Luth

 

(suite à la fin de l'article)

 

1.Circonstances

Camille d’Hostun, en 1704, Comte et Maréchal de Tallard, vient de perdre la bataille de Blenheim (Höchstädt) contre Lord John Churchill 1er Duc de Marlborough (le Malbrough de la chanson) !

Il y a été fait prisonnier. Il est sur le chemin de Nottingham où il restera  prisonnier 7 ans. De passage à Nuremberg, il montre qu’il a plus d’une corde à son arc (ou à son Luth) en composant ces quelques pages.

Très curieusement le premier morceau se nomme « La Prise » en référence à sa capture à la bataille de Blenheim.

2.Documents

Le document original manuscrit se trouve à la Bibliothèque Universitaire de Prague sous la référence X Lb 210. Il provient de la bibliothèque de Raudnitz en Bohème du Prince Ferdinand-Auguste Lobkowicz (1655-1715). Ce Prince était un proche du Prince Eugène, allié de Marlborough.

Ce document a été édité, en 1918, dans une collection « Monuments de la Musique en Autriche » sous le titre : « Musique autrichienne pour Luth entre les années 1650 et 1720 »

Voici une traduction de la notice dédiée au Comte de Tallard (Camille d’Hostun)


 

3.Traduction de la notice du Comte de Tallard

Page 91

C. Le Comte de Tallard

 

Dans le livre pour luth de Raudnitz (X. LB 210), on trouve, entre les œuvres de Saint-Luc : N° 10: "La Prise du Comte de Tallard", 11. "Entré du Comte de Tallard a Nuremberg" 12. "Gavotte du  Mesme" 13. "Gavotte du Mesme" 14. "Gavotte du Mesme" 15. "Menuet du Mesme" 16. "Air en Echo du Mesme" 17. "Chaconne du Mesme"

 

A l’exception des deux premières Gavottes (12 et 13), tout le cycle est ici présenté. Les basses   en ut, fa et sol doivent être transposées en ut dièse, fa dièse, sol dièse, selon les tonalités.

 

Dans les fonds musicaux autrichiens, cette suite pour luth tient une place originale forte intéressante, du fait de la personnalité du Comte, chef de l’armée française et qui a joué un rôle dans l’histoire de l’Empire Autrichien-Allemand.

 

Camille Comte de Tallard, né en 1652 en Dauphiné, formé à l’école des Condé et Turenne, s’est illustré plusieurs fois  en 1678 le long du Rhin. Dans la guerre de Louis XIV pour le Palatinat, il faisait partie des dévastateurs des pays allemands (Rheingau 1690). Dans la Guerre de Succession d’Espagne en 1703, allié au Prince-Electeur de Bavière, Max II Emanuel, il a lutté avec bonheur contre l’Empereur et l’Empire; à cause de l’incapacité et de la lâcheté du commandant, le Comte Arco, Tallard pouvait prendre, après seulement 13 jours de siège, la forteresse de Breisach, “coussin et clé de l’Empire Allemand” (le 6 septembre) pour ensuite récupérer Landau (le 16 novembre), encerclé par Marsin (le 14 octobre) et défendu vaillamment par le Comte de Friese; cela après avoir réussi, avec l’aide de Precontal, à faire reculer le Prince-Héritier Friedrich von Hessen-Kassel dans une rencontre sanglante près de Spire (le 15 novembre).

 

En 1704 pourtant, année décisive, la fortune des armes s’est tournée vers la grande coalition (Autriche, Angleterre, Hollande, Allemagne).

 

John Churchill, Duc de Marlborough et le Margrave Ludwig von Baden ont pris, le 2 juillet, les retranchements des Bavarois du Comte Arco au Mont Schellenberg près de Donauwoerth. Six semaines plus tard, le 13 août, les colonnes réunies sous les ordres de Marlborough et du Prince Eugène (Britanniques, Hollandais, Danois et les troupes allemandes de Brandebourg, Hanovre, Lueneburg, Hesse, Autriche, etc.) ont attaqué les armées de Tallard, Marsin et Max-Emmanuel près de Höchstädt, au sud-ouest de Donauwoerth, et les ont complètement défaites, après de durs combats. A Blindheim (que les Anglais nomment Blenheim), la cavalerie anglaise a stoppé l’aile droite commandée par  Tallard. Encerclé, Tallard se rendit avec 27 bataillons et 12 escadrons. Conduit d’abord à Nuremberg, il fut emmené en Angleterre.

 

C’est cet épisode tragique qu'évoque “La Prise”, composée pendant l’internement à Nuremberg. Comme luthiste, Tallard ne fait pas mauvaise figure. Ses compositions sont  posées, plaisantes et présentent une ligne mélodique assez rarement interrompue, chose remarquable pour un Français. Sur le plan de la forme, cette suite reste en dehors du schéma habituel. C'est un ensemble de formes cycliques originales, dont quatre en rythme pair, quatre en  impair; avec au milieu les formes paires : trois gavottes et un Air en Echo.

 


Date de création : 22/04/2014 21:40
Dernière modification : 14/01/2015 16:30
Catégorie : Camille d'Hostun
Page lue 1091 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Lettres
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
20 Abonnés
Manifestations
Les Manifestations d'Aujourd'hui
sont le Patrimoine de Demain.
Journées du Patrimoine 17 18 septembre

Visites

 51012 visiteurs

 1 visiteur en ligne

^ Haut ^